Fédération Française d’ULM – Edito

On a souvent la vision d’une aviation traditionnelle vieillissante (moyenne d’âge toutes activités environ 50 ans) et de moins en moins accessible. Cette impression est en partie fondée mais elle masque une réalité plus complexe. À la Fédération, nous avons en moyenne 800 jeunes de moins de 25 ans (pilotes ou élèves) depuis une dizaine d’années alors même que le nombre de licenciés a sensiblement augmenté.

Cela suppose tout de même un renouvellement permanent, et nous avons beaucoup de jeunes compétiteurs, de jeunes sur le Tour ULM, dans nos clubs, ou au sein de la dynamique Commission jeune que certains ont pu voir à Blois autour du Mini-Explorer par exemple. La difficulté est que les médias traditionnels changent et qu’il faut profondément renouveler notre manière de faire découvrir une activité souvent méconnue du grand public ou traversée de préjugés.

Pour autant, il y a une forte demande et le succès incroyable du BIA (presque 14 000 candidats en 2018, soit trois fois plus en 10 ans), prouve que les jeunes ont un désir de voler. C’est principalement dans ce vivier que nous devons promouvoir l’ULM. Le film que nous avons réalisé « Le BIA, les jeunes, et les aides de la FFPLUM » permet de comprendre dans ces grandes lignes le BIA et la politique d’aide de la Fédération. Les inscriptions pour la session 2019 du BIA ont commencé hier et durent jusque fin février (www.monbia.fr). Le programme du BIA permet à nos jeunes pilotes brevetés ou élèves de le passer soit dans un partenariat structure ULM/établissement scolaire, soit même en candidats libres.

Mais il n’y a pas que le brevet qui est accessible, l’accès à la propriété l’est aussi. Le dernier article paru dans ULM-Info « Débutants, réalisez votre rêve ! » montre que nos ULM permettent, avec de bonnes occasions, d’accéder au plaisir de posséder sa propre machine et pas simplement pour les moins de 25 ans. Pour faciliter encore cette passerelle, nous allons mettre en place « un passeport ULM » dans le cadre des Comités Régionaux qui permettra aux jeunes titulaires du BIA de découvrir au moins trois de nos six classes. C’est la diversité qui fait notre richesse et on peut avoir le coup de foudre pour un type de vol (pendulaire, autogire, paramoteur…), encore faut-il créer des occasions de rencontre et de découverte qui sortent des canaux habituels. Pour aider encore ce passage, nous avons décidé d’offrir la première licence aux moins de 25 ans et les tarifs de l’assurance en RC par exemple pour un paramoteur sont particulièrement compétitifs.

Les outils sont donc en place et c’est à nous tous de faire cette démarche d’ouverture et de rencontre. Pour les familles ou les jeunes qui sont en région parisienne, il y a ce week-end le Salon des Formations et Métiers Aéronautiques au Musée de l’air et de l’espace (https://www.museeairespace.fr/actualites/salon-des-formations-et-metiers-aeronautiques-2019/). La Fédération y sera présente à travers le stand du CNFAS pour le BIA. Un jeune breveté en ULM paraît bien loin des filières professionnalisantes habituelles qui sont souvent liées au monde certifié, pourtant les écoles sont de plus en plus sensibles à ce genre de profil, du BIA à l’aviation de loisir car ce qui compte de plus en plus, ce ne sont pas les titres et les diplômes mais ce que l’on appelle le « savoir être ». Or un jeune qui s’engage avec passion dans le domaine de l’ULM porte des valeurs : le sens des responsabilités et de la liberté, la maîtrise du risque et le désir du vol qui vont bien au-delà de notre seule pratique.

Merci à toute l’équipe de la Commission jeune pour le travail effectué pour partager notre passion, à nous tous de relayer !

Bons vols en toute sécurité !

Sébastien Perrot

Président de la Fédération Française d’ULM

Poster un commentaire est réservé pour les utilisateurs premium. En savoir plus

Liens Utiles